Changement climatique : Vers un bouleversement de l’économie ivoirienne

L’agriculture ivoirienne, de type pluviale, est confrontée à des perturbations climatiques de plus en plus marquées ces dernières années. La tendance baissière de la pluviométrie depuis les années 1970 rend en effet les experts unanimes en ce qui concerne les graves répercussions du changement climatique sur la production agricole et par ricochet, sur l’économie nationale.  La Côte d’Ivoire, première productrice mondiale de café et d’anacarde, est menacée par des pratiques néfastes qui vont affecter considérablement les zones favorables à la production.

« Il y a des risques de bouleversement de l’économie qui risquent d’entraîner des bouleversements sociaux », prévenenait Dr Diomandé Massé, Doyen de l’Université Lorougnon Guédé de Daloa, à l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale de l’Alimentation couplée de la 5éme édition de la Journée de l’Administration Agricole Décentralisée (JAAD), organisée à Daloa, l’année dernière. Selon le conférencier, le changement climatique impacte négativement la production agricole. De même, dira-t-il, la pratique agricole a également des effets pervers sur la préservation de l’environnement. Cette inter-indépendance se traduit à plusieurs niveaux.

Les secteurs agricoles émettent 20 à 25% des gaz à effet de serre (GES). La déforestation et la dégradation des forêts sont responsables d’environ 10 à 11% des émissions mondiales de GES. Quant à l’élevage, il est à l’origine de près des deux tiers des GES d’origine agricole et de 78% des émissions de méthane agricoles. Les pertes et gaspillages alimentaires génèrent, selon les experts, 8% des émissions de GES. Toute chose qui met en danger la biodiversité et l’équilibre planétaire.

La solution, soutient-il, c’est de diversifier l’agriculture, changer les habitudes alimentaires en réduisant notamment la consommation de la viande; et en développant des énergies propres et renouvelables. Dr Kouamé Brou, Chercheur au CNRA, insiste, pour sa part, sur l’irrégularité des pluies. Indiquant qu’il y a, en Côte d’Ivoire, des débuts tardifs et fins précoces des saisons de pluies. Ce qui entraîne un raccourcissement des saisons culturales, une irrégularité des pluies à l’intérieur des saisons, une mauvaise répartition des pluies et l’avènement de séquences sèches de longues durées pendant les saisons culturales. « Une étude a révélé que d’ici 2030, les pratiques agricoles néfastes vont faire disparaitre considérablement les zones favorables à la production du cacao et de l’anacarde. Nous pensons qu’il faut investir dans la recherche et la production des denrées que nous consommons », souligne le spécialiste.

Lire la suite ici 

 

Publicités

Une réflexion sur “Changement climatique : Vers un bouleversement de l’économie ivoirienne

  1. Bonjour cher tous. Cette initiative est la bien venue car elle montre une nouvelle façon de s’approprier de la problématique du changement climatique et en plus elle implique les jeunes sur la thématique. Cela pourra nous aidés également a trouvé des solutions lacales .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s