Éthique et maturité technologique: une stratégie pour la gouvernance climatique

Le changement climatique actuel met en évidence une nouvelle philosophie de la nature. L’étude des lois naturelles, de façon scientifique et technique, a outillé le chemin de la technicité humaine et a conduit l’homme à devenir maître et possesseur de la nature. Dans ce devenir maître et possesseur, la soumission aux lois de la nature s’est imposée comme moyen adéquat. Aujourd’hui, l’hostilité naturelle dévoile un autre visage et expose la vie humaine et/ou des êtres vivants à des menaces. La manifestation de ces menaces, en particulier le changement climatique, qui plus est l’actuel sujet principal de l’unité mondiale, impose de nouvelles stratégies politiques et technologiques.

Toutefois plusieurs stratégies ont été employées pour en découdre avec cette manifestation du changement climatique devenue problématique mondiale. La stratégie de la gouvernance climatique doit faire éclore une nécessité éthique de la discussion sur l’innovation technologique qui mène inexorablement à la maturité technologique. La détermination de la technicité humaine face à la gouvernance climatique souffre d’une carence d’éthique de la maturité technologique.

Introduction : Comment gouverner le changement climatique à l’ère de la fossilisation ?

La consommation des ressources énergétiques ou des ressources a révélé une insuffisance de la rationalité humaine. La raison de la maîtrise de la nature s’est transformée en une instrumentalisation de l’homme et de la nature. L’exploitation des ressources énergétiques pour sa survie a questionné (ça veut dire quoi ?) la nature à livrer de l’énergie.

Par conséquent l’insuccès de ce projet de maîtrise de la nature a bouleversé les limites naturelles. La technicité humaine s’attèle à cet effet à prendre soin de cette nature pour la pérennisation de la vie humaine. C’est pourquoi les catastrophes naturelles en l’occurrence le changement climatique se présente aujourd’hui comme une menace à la vie des êtres vivants. Cependant les moyens engagés pour le contrôle du climat deviennent désuets. Pour mieux cerner la problématique inhérente à cette gouvernance climatique posons-nous la question suivante : l’éthique de la maturité technologique peut-elle se présenter comme stratégie efficace pour la gouvernance climatique ? L’appréciation de cette problématique soulève les interrogations suivantes : comment se présente l’éthique de la maturité technologique ? Pourquoi une éthique de la maturité technologique ? Comment réussir la gouvernance climatique à l’éthique de la maturité technologique ?

Notre objectif est de montrer que la gouvernance climatique passe indubitablement par une éthique de la discussion et de la maturité technologique.

  • La gouvernance climatique nécessite une nouvelle orientation de la politique du développement
  • L’éthique de la maturité technologique est le cadre de discussion de l’efficacité technologique et de son innovation
  • Par la discussion nous pouvons choisir entre les technologies existantes les moins provocantes et orienter la gouvernance climatique de façon responsable.

I- Du changement technologique au changement climatique

  • L’amélioration de l’efficacité énergétique par le changement technologique (Une réduction des émissions de gaz à effet de serre)
  • Valoriser la culture du biart pour atténuer l’effet carbone
  • Les changements technologiques pour la réduction de la consommation énergétique

II- L’éthique de la maturité technologique

Présenter une discussion équitable entre :

  • Les élites politiques,
  • Les scientifiques
  • La société civile
  • Les acteurs forestiers

Discuter sur les conséquences des technologies existantes et les conséquences du changement climatique.
Discuter sur les conséquences des changements technologiques. Faciliter l’accès équitable à l’énergie autonome.

Éthique de la maturité technologique et la gouvernance climatique.

Après la discussion sur la nécessité énergétique et technologique, il importe d’agir de façon responsable et rationnelle. Cela passe par : Une nouvelle politique du développement économique (le reboisement répond toujours à la commercialisation. Nous pouvons changer cette politique de reboisement en sollicitant d’autres essences non commerciales.)

Innover le changement technologique par la création de centres de formation pratique tout en surpassant le transfert des technologies par greffe.

Créer une commission d’expert chargée des questions climatiques qui fera le point chaque trimestre. Associer la société civile au décision de la gouvernance climatique. Faire le contrôle des pesticides utilisés par les paysans afin de préserver les insectes responsables du transfert du pollen.

Conclusion

Le changement climatique reste l’affaire de tous. Sa gouvernance nécessite la participation de la solidarité anthropique. Cela passe par une maîtrise de la volonté de générale. L’éthique de la maturité technologique représente à cet effet un outil efficace pour le contrôle de la politique de la gouvernance climatique.

Konan Degaule (Université Alassane Ouattara)

degauleknn@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s