Quel avenir pour les réfugiés climatiques ?

Qui sont les “Réfugiés climatiques” ? Selon l’Organisation internationale des migrations (OIM) : « On appelle migrants environnementaux les personnes ou groupes de personnes qui, essentiellement pour des raisons liées à un changement environnemental soudain ou progressif influant négativement sur leur vie ou leurs conditions de vie, sont contraints de quitter leur foyer habituel ou le quittent de leur propre initiative, temporairement ou définitivement, et qui, de ce fait, se déplacent à l’intérieur de leur pays ou en sortent. » Ce sont donc des personnes qui cherchent à se protéger contre les effets du changement climatique dans leurs pays respectifs.

Quelles sont les causes de cette nouvelle migration forcée ?

Les causes sont indubitablement liées à des évènements climatiques tels que les tempêtes tropicales, les inondations, les ouragans. Certains processus climatiques s’ajoutent à la liste à l’instar de la désertification, la salinisation des terres agricoles due aux phénomènes de sécheresse, la raréfaction des ressources en eau et la montée du niveau des océans, et divers problèmes de toxicité du sol, de l’air ou de l’eau.

 Quelle est la part de responsabilité de l’homme ?

« L’homme est toujours victime de la catastrophe dont il aura le plus souvent, directement ou indirectement, accru le risque. » souligne Monsieur Jean Gallais. Ces propos sont confirmés car aujourd’hui, plus personne ne peut nier l’existence du changement climatique, dont la principale source est l’activité humaine. Le cinquième rapport intitulé Changement climatique paru en 2014, du Groupe Intergouvernemental d’expert sur l’Evolution du Climat (GIEC), ne laisse plus aucun doute par cette déclaration : « il est désormais  »extrêmement probable » que l’influence humaine soit la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du XXe siècle, ce qui équivaut à 95% de certitude dans la terminologie très précise du rapport. »

Quelle est la situation actuelle et future des migrants climatiques ?

Les données recueillies aux quatre coins du monde des réfugiés climatiques et les prévisions futures sont inquiétantes. Le Centre mondial de surveillance de déplacements internes (IDMC, acronyme en anglais) du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) estime qu’en 2011 « 14,9 millions de personnes ont été déplacées dans le monde en raison de catastrophes naturelles, principalement liées à des phénomènes météorologiques comme les inondations et les tempêtes. 89% des déplacements ont eu lieu en Asie. » En 2012, selon les mêmes sources, les migrants de l’environnement seraient 32,4 millions, soit le double de 2011, dont 98% liés aux changements climatiques et « 250 millions de nouveaux déplacés d’ici à 2050, selon le HCR », peut-on lire sur le site de l’ONU (L’Organisation des Nations Unies).

Comment peut-on aider les migrants climatiques ?

Il est impératif de:

  • Mettre en place des politiques migratoires appropriées et les faire financer par exemple par le fond vert pour le climat.
  • Sensibiliser les populations quant au danger encouru à vivre dans des zones géographiques à risque et leur apporter une aide financière.
  • Adopter un statut juridique international pour les réfugiés climatiques. En réponse à l’avancée du désert, il s’avère nécessaire que les États adoptent un programme de reboisement massif.
  • Prévoir une stratégie d’accueil et de gestion des flux migratoires liés au changement climatique.

Konan Y. Prince (Blogueur sur voicesofyouth – UNICEF)

konanyprince@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s