27 pays s’engagent à restaurer 111 millions d’hectares de terres africaines dégradées (AFR100)

(NEPAD ) – L’Initiative pour la restauration des paysages forestiers africains 100 (African Forest Landscape Restoration 100, AFR100) célèbre la prise d’engagements pour 111 millions d’hectares, témoignant des efforts continus à travers l’Afrique afin que les terres retrouvent leur productivité.

Vingt-sept pays du continent ont désormais pris des engagements visant à restaurer 111 millions d’hectares de terres dégradées dans le cadre de l’Initiative pour la restauration des paysages forestiers africains (AFR100) et du Défi de Bonn – dépassant en cela l’objectif de 100 millions d’hectares de l’AFR100. En concrétisant ces engagements, ces pays favoriseront la résilience climatique, la croissance économique et plus encore.

22176 carte

L’AFR100 a été lancée en 2015 afin de répondre au mandat de l’Union africaine (UA) visant à restaurer 100 millions d’hectares de terres d’ici 2030. L’initiative est conduite par l’agence du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (New Partnership for Africa’s Development, NEPAD), de l’Union africaine, en partenariat avec 27 pays participants, 27 partenaires techniques et 12 partenaires financiers.

Les partenaires fondateurs comprennent le NEPAD, le Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (Bundesministeriums für wirtschaftliche Zusammenarbeit und Entwicklung, BMZ), le World Resources Institute (WRI), l’Agence allemande de coopération internationale (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, GIZ), l’Union internationale pour la conservation de la nature (International Union for the Conservation of Nature, IUCN), ainsi que la Banque mondiale.

Au cours du 3e Rassemblement annuel des partenaires de l’AFR100 à Nairobi, en août dernier, les représentants des pays membres, ainsi que les partenaires techniques et financiers soutenant la mise en œuvre, ont réaffirmé le fait que l’initiative constituait un moyen puissant de concrétiser la restauration des paysages forestiers à grande échelle.

« Le fait que le partenariat AFR100 ait dépassé son objectif de prise d’engagements pour 100 millions d’hectares constitue un témoignage de la volonté politique continue visant à restaurer les paysages à travers l’Afrique. Nous devons soutenir cette dynamique, et passer des engagements à la mise en œuvre. Il existe déjà de nombreux exemples de restauration réussie en cours au sein des communautés africaines, grâce auxquels nous pouvons apprendre collectivement, afin de réaliser ces engagements », a déclaré Wanjira Mathai, Première conseillère du WRI, et coprésidente du Global Restoration Council.

En marge du rassemblement, deux pays se sont engagés à restaurer une superficie combinée de 19,6 millions d’hectares de terres afin de réaliser l’objectif de 100 millions d’hectares : Le Burkina Faso (5 millions d’hectares) et la République du Soudan (14,6 millions d’hectares). Ces engagements viennent à la suite de ceux du Togo (1,4 million d’hectares) et de la Tanzanie (5,2 millions d’hectares) dans les semaines précédant le rassemblement.

« Le Soudan est ravi d’être en mesure de s’engager à restaurer 14,6 millions d’hectares de terres dégradées dans le cadre de l’AFR100. La restauration au Soudan soutiendra la réduction de l’immigration de la jeunesse et la sécurité alimentaire pour les communautés les plus pauvres, de même qu’elle aidera le pays à répondre aux engagements internationaux », a déclaré Ali Hamid Osman, spécialiste suivi et évaluation pour le Projet de gestion durable des ressources naturelles du Soudan, et correspondant du Soudan pour l’AFR100.

« De fait, de toutes les plateformes régionales du Défi de Bonn, l’AFR100 est celle connaissant le plus de succès, en contribuant pour plus de la moitié des engagements totaux actuels de 170 millions d’hectares. Les idées ne peuvent s’enraciner que si on se les approprie, et s’il est vrai qu’un grand nombre d’acteurs ont contribué à cette dynamique, nous devons reconnaître le rôle fondamental du NEPAD pour en faire une initiative conduite et prise en charge par les Africains, notamment le travail inspirant de Mamadou Diakhite et de son équipe », a déclaré Stewart Maginnis, Directeur mondial, Groupe Solutions naturelles, IUCN.

La restauration est largement entendue comme un moyen clé de réaliser les objectifs en matière de changement climatique, de désertification, de biodiversité et de développement durable en Afrique, ainsi que de protéger les ressources alimentaires, hydriques et énergétiques vitales.

« Dans une période de pression toujours croissante sur les terres, les ressources hydriques et la biodiversité, la restauration des forêts et paysages dégradés est plus urgente que jamais. Reboiser les terres offre de nombreux avantages en termes de développement durable, de lutte contre la pauvreté et la faim, de même que pour la conservation de la biodiversité, et l’adaptation au changement climatique. La restauration s’avère spectaculaire dans le fait que chaque dollar investi offre un retour potentiel de 27 à 35 dollars. Voir les communautés restaurant leurs terres obtenir une part des bénéfices de la restauration est un honneur », a déclaré Mamadou Diakhite, chef d’équipe Gestion durable des terres et de l’eau (Sustainable Land and Water Management, SLWM), à l’agence du NEPAD, siège du Secrétariat de l’AFR100.

« Ce fut un grand succès que la conférence du Global Landscapes Forum à Nairobi ait eu lieu immédiatement après la troisième réunion annuelle des partenaires de l’AFR100 à la fin d’août. Nous avons envoyé un signal fort pour l’intégration du reboisement, de la restauration et du développement rural durable. Le concept général de restauration des paysages forestiers nous fournit des idées fortes dans la lutte contre la faim et la pauvreté en mettant en œuvre l’Agenda 2030 dans son ensemble – et principalement l’ODD2 (zéro faim) et l’ODD15 (vie terrestre) », a déclaré Bernhard Worm, officier supérieur de politique au ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ).

Les participants au rassemblement récent de l’AFR100 ont également approuvé la motion de l’Assemblée générale des Nations Unies (United Nations General Assembly, UNGA) déclarant une Décennie ONU de restauration des écosystèmes, proposée initialement en mars 2018 par le ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles, du Salvador, visant à accroître la visibilité des efforts de restauration des pays, et l’attribution de ressources.

À PROPOS DE L’AFR100

L’AFR100 (l’Initiative pour la restauration des paysages forestiers africains) est un effort mené au plan national, dont l’objectif est de restaurer 100 millions d’hectares de terres dégradées en Afrique d’ici 2030. L’AFR100 contribue au Défi de Bonn, à l’Initiative africaine pour des paysages résilients (African Resilient Landscapes Initiative, ARLI), au programme 2063 de l’Union africaine, aux Objectifs de développement durable, ainsi qu’à d’autres objectifs. L’AFR100 constitue le mécanisme par le biais duquel le Défi de Bonn est mis en œuvre en Afrique. Les partenaires financiers et techniques fournissent un soutien aux gouvernements afin d’évaluer, de concevoir et de mettre en œuvre la restauration des paysages forestiers (RPF) à grande échelle.

27 pays partenaires ont pris des engagements pour 111 millions d’hectares. 12 partenaires financiers ont engagé un montant supérieur à 1,5 milliard USD. 27 partenaires techniques ont fourni de l’assistance.

À PROPOS DE LA RESTAURATION DES PAYSAGES FORESTIERS (RPF)

La RPF offre une réponse essentielle aux menaces posées par la déforestation et la dégradation en Afrique, et afin d’améliorer les conditions de vie, de maintenir les habitats et de stimuler la productivité agricole. Il s’agit d’un processus à long terme restaurant la fonctionnalité écologique des terres en vue d’améliorer le bien-être des populations, autant pour les besoins actuels que futurs. Cela va au-delà d’un simple reboisement ; la RPF implique de nombreux acteurs, contribue à clarifier et protéger les droits fonciers relatifs aux terres communales, s’attaque à la pauvreté, et garantit une complémentarité des diverses utilisations des terres à travers les paysages, entre autres fonctions.

22176 cartes

 

Agence Ecofin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s